Le guide de votre bien-être à domicile

Question-Réponse

Contre-indications luminothérapie



Je voudrais connaître les contre-indications médicamenteuses listées de façon exhaustive à l'utilisation de la luminothérapie. De plus y-a-t-il un risque pour la peau et les yeux quand on porte des lunettes progressives contre la myopie, astigmatie, presbytie et qu'on a un début de cataracte en raison de l'âge (75 ans) ?

La luminothérapie est contre-indiquée avec tous traitements photosensibilisants. Parmi les principaux médicaments dont l’effet photosensibilisant est indésirable, il faut mentionner :
• Les cyclines (Vibramycine®, Doxycycline®)
• L’amiodarone (Cordarone®, Amiodarone®)
• Les phénothiazines (Chlorazin®,, Largactil®, Dapotum®, Nozinan®, Prazine®)
• Le méthotrexate (Methotrexate®)
• Les sulfamidés (antibiotiques, diurétiques ou hypoglycémiants)
• La chloroquine (Nivaquine®)
• Certains anti-inflammatoires (Apranax®, Felden®, Indocid®)
• Les psoralènes utilisés en puvathérapie
• Isotrétinoïnes (Ruoaccutane® et génériques)
• La vertéporfine (Visudyne®) utilisée dans le traitement de certaines dégénérescences maculaires liées à l’âge.
Les séances de luminothérapie sont à éviter si vous êtes atteint d’une pathologie grave des yeux (cataracte, glaucome), de désordres psychiques tels que le syndrome maniaco-dépressif ou trouble bipolaire, ou encore si vous prenez des médicaments augmentant la sensibilité des yeux à la lumière (notamment des gouttes ophtalmiques).